Les innovations alimentaires des industriels ne collent pas aux attentes des consommateurs, selon une étude du SIAL qui pointe, pour la première fois, les décalages entre l’offre et la demande.
La comparaison pointe une série de décalages riche d’enseignements pour les marques. L’axe plaisir, par exemple, suscite un intérêt très faible des consommateurs alors qu’il regroupe 52,5% des innovations alimentaires. «Les produits qui jouent le haut de gamme, la sophistication ou veulent surprendre par des goûts nouveaux ou trop originaux sont finalement peu appréciés, commente Xavier Terlet, président de XTC-World innovation.
Le consommateur rejette l’inutile, le superflu. Il privilégie les produits authentiques et de terroir, les petits plaisirs ».

Idem pour le bio. Alors qu’il se déploie dans les linéaires, il ne présente qu’un intérêt moyen. «Certes le consommateur aspire aujourd’hui à manger sain et naturel. Mais tout ce qui est médical et fonctionnel ne correspond pas à une véritable demande. On préfère un yaourt au lait de vache qu’un yaourt enrichi aux Omega 3. Quant au bio, son label ne suffit pas en soi à séduire le consommateur. D’autres leviers, d’autres discours ont plus d’impact, comme le végétal, le naturel, l’origine, les saisons », ajoute Xavier Terlet.

Les marques auraient plutôt intérêt à miser sur l’éthique, l’écologie et la solidarité. L’étude révèle beaucoup d’attentes sur des thèmes qui ne concernent que 2,3% des nouveaux produits.
« Les marques ont misé sur le commerce équitable qui ne parle pas aux consommateurs. En revanche, tout ce qui concerne le non gaspillage, la proximité ou l’emploi durable est porteur. Cela donne un vrai contenu aux discours des marques », précise Xavier Terlet.

Delphine Masson – stratégie

Aujourd’hui : typographie.
L’agence française BBDO joue avec le nom des typos de FontShop. Avis aux amateurs de Typos et/ou de jeux de mots !
http://fontmeimfamous.com   ( Clic sur Intro )

 

 » Le réalisateur et photographe français Yoann Lemoine est déjà un « clippeur » reconnu. Katy Perry lui a fait confiance pour mettre en images son Teenage Dream, ainsi que Taylor Swift ou Moby. Mais deux casquettes ne lui suffisent pas et c’est donc sous le nom de Woodkid, qu’il a sorti, fin mars, Iron, un premier maxi qui fait grand bruit.

Depuis deux semaines, les percussions tribales, les cuivres épiques et la voix caressante du premier morceau -également intitulé Iron– résonnent sur le Web. Et forcément, son clip à l’esthétique impeccable a rapidement fait le tour de la Toile approchant très vite du million de vues. …  » de l’express culture

Le studio Silo à La Haye a réalisé un vrai travail illustratif pour une start-up qui propose un service traiteur avec de vrais produits sains et authentiques.
Tout en finesse… du trait au sens même des illustrations ! Un monde onirique qui éveille autant notre imaginaire que nos papilles !
À découvrir !

 

Lire la suite

De nouvelles accroches pour l’Agence « S ». Du design global oui ! Mais sous ses formes les plus variées.

L’agence aux émulsions,
aux créations,
aux idées,
aux empreintes,
et aux accents
pluriels !

Merci aux « Oulala » pour leur collaboration rédactionnelle !

Lire la suite

Les noms de domaine accentués sont désormais accessibles aux particuliers depuis le 3 juillet 2012 !
L’AFNIC (Association française pour le nommage internet en coopération) rappelle qu’une trentaine de nouveaux caractères sont disponibles, essentiellement des lettres accentuées. C’est la première fois, depuis la création du système de nommage en 1985, qu’il est possible d’inclure des accents dans des adresses internet. Cette mesure s’applique également au .yt (Mayotte), .pm (Saint-Pierre-et-Miquelon), .wf (Wallis-et-Futuna), .tf (Terres australes et antarctiques françaises) et .re (la Réunion).
Les entreprises, elles, avaient déjà accès depuis le 3 mai dernier à la liste complète ci-dessous:
à, á, â, ã, ä, å, æ, ç, è, é, ê, ë, ì, í, î, ï, ñ, ò, ó, ô, õ, ö, œ, ù, ú, û, ü, ý, ÿ et ß.
Au 13 juin le total des dossiers déposés par les entreprises s’élevait à 1930 au niveau mondial dont 675 en Europe et seulement 54 en France. Les premières en lice sont notamment les grands comptes tels L’Oréal, Hermès ou encore Lancôme.
Lire la suite

Le Musée du Design de Zurich analyse le succès des frères Daniel et Markus Freitag, créateurs, en 1993, des fameux sacs qui portent leur nom.
Tout a commencé dans un appartement communautaire au bord d’une route de transit de Zurich. Les deux frères, cyclistes et écolos dans l’âme cherchent un sac absolument étanche pour leurs trajets en ville. Le déclic vient des camions passant sous leurs fenêtres. Leur colocataire de l’époque raconte sur le site internet (www.freitag.ch) comment la baignoire a été, pendant des mois, noire de l’eau de lavage des bâches récupérées.

Lire la suite

Leon Keer est un artiste de Street Painting hollandais. Sa particularité ? Proposer des oeuvres époustouflantes et surtout bluffantes en 3D…
Il a récemment été invité par la Galerie Wilms à Venlo (Pays-Bas) à créer une peinture en 3D à l’occasion de “l’ouverture”, un (grand) évènement qui ouvre la saison culturelle.

Lire la suite

L’agence S recrute un(e) chef de projet et assitant(e) en business developpement.
Passionné(e) par les métiers du design, cultivé(e), investi(e), avec un très bon relationnel.
Merci de nous contacter.